1.

FAIRE LA DIFFERENCE ENTRE LES MEURTRIERS ET LES HEROS

Opéra, samedi soir, 12 mai, 21h : un homme armé d’un couteau allait à l’aveugle dans les rues, s’en prenant aux passants, faisant un mort, deux graves blessés et d’autres victimes.

Vous savez, encore une fois, comme après chaque attentat, je me demande : pourquoi ? Les victimes n’ont rien fait. Tu vis juste ta vie et là, tout d’un coup bim ! Tu sais que c’est fini. Tu le vois. Et t’es juste pétrifié par la peur. En un clin d’œil tu es tué et c’est sans motif.

Car le motif très intime, on ne le connaît pas, on ne l’imagine pas, on se dit que c’est pour une raison dingue comme la majorité des meurtres ou attentats, on se dit des terroristes que ce sont juste plein de petits cons qui tuent parce qu’ils méprisent la vie au point d’aller eux-mêmes jusqu’au suicide. Pourquoi tuer ? Pour le plaisir et la jouissance de tenir une arme et d’éprouver le pouvoir qu’elle donne ? ou prouver que sa religion est supérieure ? C’est ça que je trouve con, ça n’a rien d’héroïque, c’est un meurtre et j’aime pas les meurtres ou les meurtriers.

Les policiers du commissariat du 3è arrondissement qui n’ont fait que leur travail, ont pu heureusement se rendre très rapidement sur le lieu de l’attentat et maîtriser le terroriste limitant ainsi le nombre de ses victimes. Qui sont les vrais héros ?

Noah

——————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

2.

LES MIGRANTS DANS LE 10è ARRONDISSEMENT : UNE REALITE QUE L’ON VEUT CACHER ?

Campement au bord du canal St Martin – Photo LP – Jean Nicholas Guillo

Dans le 10è arrondissement, au bord du canal Saint-Martin, entre Jaurès et République, on trouve une des grandes zones de regroupement de migrants dans Paris. Leur installation a débuté il y a un an et demi, selon notre rédactrice en chef. Les forces de l’ordre ont plusieurs fois évacué la zone en vain, les camps se réinstallent à chaque fois. Pourtant, personne dans le quartier ne se plaint des migrants, leur installation ne perturbe pas la vie des habitants, d’après notre reporter (à Veni, Vidi, Valmy), personne ne semble affecté par leur présence contrairement à d’autres quartiers où les habitants étaient contre l’installation d’un refuge sous prétexte que « ce n’est pas la même culture ». On en conclut que c’est souvent les moins confrontés à l’arrivée des migrants qui s’en plaignent le plus.

Quelques riverains mènent des actions humanitaires. Certains de nos camarades et leurs parents font des petits déjeuner et les distribuent à une cinquantaine, voire une centaine de migrants, le dimanche matin, et ils sont minimum 7 chaque dimanche (une organisation informatique les prévient s’il y a trop peu de personnes).  Cependant, malgré l’existence d’une classe d’élèves non francophones et non scolarisés auparavant au collège Valmy, nous n’avons accueilli que très peu d’élèves provenant du camp de migrants, pourtant en face du collège.

Bakanton1  et Fd’A


 

Publicités

Un commentaire sur « C’EST ARRIVE PRES DE CHEZ NOUS »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s